Belgentier



 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
Météo
Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
CalendrierCalendrier
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de Belgentier sur votre site de social bookmarking

Conservez et partagez l'adresse de Belgentier sur votre site de social bookmarking
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée

Partagez | 
 

 article à lire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
gil
Super big posteur
Super big posteur
avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 24/08/2009
Localisation : Cotentin

MessageSujet: article à lire   Mer 2 Mar - 22:25

Dans ses Confessions d’une mangeuse de viande, Marcela Iacub, juriste spécialiste des questions de bioéthique, avoue que, longtemps, elle a été carnivore. Jusqu’au jour où elle a entendu bêler les côtelettes… « Une bête crie dans notre assiette et, pour qu’elle y arrive, il a fallu lui ôter la vie. Par le fait même de mettre ce morceau de viande dans votre bouche, vous participez à ce meurtre. » L’Américain Jonathan Safran Foer, auteur de Faut-il manger les animaux ?, le livre événement qui a relancé le débat sur les horreurs de l’industrie agroalimentaire, est lui aussi devenu végétarien, tout en plaidant pour un élevage responsable, soucieux du bien-être des animaux et de l’environnement.

À lire

Confessions d'une mangeuse de viande de Marcela Iacub (Fayard, à paraître le 1er avril).
Faut-il manger les animaux ? de Jonathan Safran Foer (Éditions de l’Olivier, 2011).
Dictionnaire horrifié de la souffrance animale d’Alexandrine Civard-Racinais (Fayard, 2010).
Actuellement, la réalité est terrifiante : poussins hachés menu, poulets ébouillantés vivants, porcs mutilés, poissons d’élevage dévorés vivants par les poux de mer… Tous sont malades, gavés d’antibiotiques nocifs pour notre propre santé. Dans un souci de rentabilité, les éleveurs créent des races dégénérées, plus sensibles au stress – donc qui souffrent plus. Aux États-Unis, 99 % des bêtes vivent de leur premier à leur dernier jour un véritable enfer, confinées dans des espaces exigus, irrespirables, traitées et abattues d’une manière parfois ouvertement sadique. Les éleveurs qui aiment leurs bêtes finissent quand même, presque toujours, par les conduire dans des abattoirs, où leur bien-être n’est pas respecté. Faute de structure plus humaine.

Sommes-nous mieux lotis ? Pas vraiment, à lire le Dictionnaire horrifié de la souffrance animale de la journaliste Alexandrine Civard-Racinais. Selon un rapport de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) de 2009, 97 % des carcasses de gros bovins présentent des meurtrissures provoquées par des bâtons, preuves qu’ils ont été frappés avant d’être tués. Conclusion de l’auteure : « Dans l’élevage et l’abattage industriels, en dépit de quelques avancées, impossible d’assurer le bien-être des animaux. » Dans ce domaine, indiscutablement, nous sommes inhumains.

Nous sommes aveugles
Comment pouvons-nous continuer à manger de la viande sans en être horrifiés ? Parce que nous sommes carnivores ? En fait, en dépit de ce goût de la chair qui nous rapproche des fauves, être mangeur de viande n’est pas si simple, psychiquement parlant. Nous devons nous aveugler. Déjà, le mot « viande » nous sert à refouler – à oublier, à ne pas voir – que c’est un être vivant, un gentil petit lapin ou un cochon rose que nous dévorons. Ensuite, le mécanisme psychique du clivage nous permet d’opérer une coupure radicale entre le veau abstrait, chair rosâtre posée sur l’étal du boucher, et l’image du veau concret, mignon petit être sensible.

Cliver, séparer le « veau viande » du petit veau de la ferme, être vivant, est d’autant plus facile que ces animaux que nous mangeons demeurent invisibles et anonymes. Nous ne voyons ni le couteau ni le sang, nous n’entendons pas les cris de terreur et de douleur. Selon Marcela Iacub, le but premier des abattoirs est d’ailleurs « de rendre opaques les supplices que l’on inflige aux animaux, d’empêcher de comprendre ce que signifie pour un animal ne pas vouloir mourir […] ».

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gil
Super big posteur
Super big posteur
avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 24/08/2009
Localisation : Cotentin

MessageSujet: Re: article à lire   Mer 2 Mar - 22:27


texte copié sur un autre site
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souris
Admin
avatar

Messages : 3988
Date d'inscription : 17/08/2009
Age : 56
Localisation : belgentier

MessageSujet: Re: article à lire   Mer 2 Mar - 23:10

c'est l'horreur, les animaux sont torturés, élevés dans des conditions déplorables tout cela pour "être mangés" ...
pour ma part, je ne mange plus de viande depuis longtemps.
as-tu vu les vidéos sur les élevages en France, c'est honteux, ignobles !
http://belgentier.forumactif.com/t2316-une-video-par-jour-durant-le-salon-de-l-agriculture#7429


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: article à lire   

Revenir en haut Aller en bas
 
article à lire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Belgentier  :: Nos Amis les Animaux :: Infos animaux / Annonces /divers-
Sauter vers: